03/01/2015

Les derniers instants de Jean de Maulde, originaire de Ramegnies-Chin, mort au combat de Walem le 30 septembre 1914

Les préparations récentes d’un recueil de cartes postales[1] ainsi qu’un livre consacré aux frères Desclée aviateurs tournaisiens en 1914-1918[2], m’ont permis de rapprocher une carte du premier d’un témoignage consulté pour la rédaction du second.

2015-01-03 08_06_22-RAMEGNIES-CHIN CHATEAU - Visionneuse de photos Windows.png

La carte postale date d’avant 1914 et a été éditée par Phono Photo à Tournai, elle représente le château familial de la famille Cossée de Maulde[3] à Ramegnies-Chin. Une main y a tracé le texte suivant :

« Propriété de la famille de Maulde incendiée par les Boches le 19 octobre 1918. Le vicomte Jean de Maulde soldat au 4eme régiment de ligne fut tué au combat de Waelhem[4] le 30 7bre 1914 »

Avant d’être observateur aérien, Jacques Desclée, l’un des deux frères aviateurs tournaisiens, a été d’août 1914 à décembre 1917 affecté au quatrième régiment de ligne tout comme Jean de Maulde. Dans un courrier envoyé de Furnes le 5 décembre 1914 à sa sœur Louise réfugiée à Paris, il relate la fin de son compagnon d’armes.

Le contexte

« Après la chute des positions fortifiées de Liège et Namur, l’armée de campagne se replie sur Anvers.  Entre-temps les troupes allemandes poursuivent la traversée du territoire belge. Mais le 25 août et le 9 septembre 1914 l’armée belge opère plusieurs sorties depuis Anvers visant à accrocher le flanc de l’armée allemande. Constatant l’échec du Plan Schlieffen, l’Allemagne concentre à présent une partie de ses forces sur la ville d’Anvers. L’objectif est de liquider le restant de l’armée belge et d’investir le port. Le bombardement des forts de Walem et Sint-Katelijne-Waver commence le 28 septembre. Deux jours plus tard, les forts de Walem, Sint-Katelijne -Waver et Koningshooikt sont dévastés par les obus de gros calibres allemands. Le 1 octobre c’est le tour du fort de Sint-Katelijne-Waver et des retranchements de Dorpveld et de Bosbeek. Le 2 octobre l’armée belge évacue le fort de Lierre tandis que fort de Walem se rend. Kessel tombe de 4 octobre. »[5]


Le quatrième régiment de ligne se dédouble lors de la mobilisation en 4e et 24e régiment de ligne. Ces deux régiments continueront à combattre ensemble jusqu’au 31 octobre sous le nom de quatrième brigade mixte de la première division armée belge. Après avoir participé à la bataille de Halen[6], cette brigade combat à Termonde, Hofstade[7] et Walem. C’est à l’occasion de la défense du fort de Walem que Jean de Maulde fut tué le 30 septembre 1914.

Courrier de Jacques Desclée à sa sœur Louise (Archives Bernard Desclée) :

1914-12-05FurnesVJàLouise BIS.jpg

1914-12-05FurnesRJàLouise.jpg

 « J’ai miraculeusement échappé à Anvers, à l’obus qui a tué ce malheureux Jean de Maulde. On m’avait envoyé près du colonel remplacer son délégué qui avait été blessé au même endroit. Nous étions lui et moi derrière le pont contre une maison quand le bataillon de Jean est arrivé pour faire la relève des troupes dans la tranchée. Il est tombé 15 obus dans le groupe à 10, 15 mètres au plus de nous. Les derniers même plus près. Jean a su pourtant venir indemne jusqu’à moi où il m’a dit un bonjour qui ressemblait plutôt à un au revoir. À ce moment le colonel a été contre le pont dans une tranchée où je l’ai suivi. Je n’avais pas quitté ma place qu’un obus tombait à deux mètres de là et tuait Jean. Je sais qu’il est enterré dans le cimetière de Contich [8] où on l’a amené après avoir pris ses papiers. Dès que j’aurai trouvé l’aumônier qui l’a enterré, je vous écrirai les renseignements. »

 

PHOTO J DE MAULDE.png

 

Jean Cossée de Maulde, vicomte, est né à Tournai le 30 mai 1891, fils d’Octave écuyer et de Marguerite Dumortier comtesse. Elle est la petite-fille de Barthélémy Dumortier, homme politique, fondateur du Courrier de l’Escaut et  botaniste-naturaliste de renom.

Il fait ses études secondaires au collège Notre-Dame de Tournai.

Il entame des études de droit à l’université de Louvain.

Il fait partie de la classe 1911.

Il est mobilisé en août 1914 au 4e de ligne, à ce moment son père est bourgmestre de Ramegnies-Chin.

Il est tué au combat de Walem le 30 septembre 1914.

Une plaquette, dont la photo est extraite lui a été dédiée.[9]

Dans la même plaquette, on trouve une photo du château de Ramegnies-Chin après la guerre.

RAMEGTNIES CHIN CHATEAU INCENDIE.png

Comme l’armée anglaise approchait de Ramegnies-Chin lors de l’offensive finale, les Allemands incendièrent le château le 19 octobre 1918.

 

 

 

 



[1] B. DEMAIRE, Le calme avant la tempête – cent cartes postales de Tournai hors les murs avant le 4 août 1914, Édité par le Lions club Childéric club de Tournai, 2014.

[2] B. DEMAIRE et B. DESCLEE, Albums photo d’Edmond et Jacques Desclée, aviateurs tournaisiens en 1914-1918, Édité par le Rotary club de Tournai, 2014

[3] Appelé aussi château d’Enghien ou de l’Ermitage.

[4] Actuellement Walem.

[5] http://www.be14-18.be/fr/defense/la-position-fortifi%C3%A9e-danvers

[6] Haelen en 1914

[7] B. DEMAIRE et B. DESCLEE, op. cit., p. 15.

[8] Actuellement Kontich

[9] T. BONDROIT, Souvenirs du vicomte Jean de Maulde, Casterman S.A., Tournai, 1919.