18/02/2017

Trichromies réalisées à Tournai entre 1898 et 1901 par René Desclée – (Article écrit par Bernard Demaire et Bernard Desclée)

René Desclée, ce génial touche-à-tout, est bien connu pour les innombrables photographies qu’il a faites de Tournai durant la période allant de la fin du XIXe siècle au début du XXe. Ce qu’on connaît moins ce sont les deux à trois dizaines de trichromies qu’il a réalisées en 1898-1901. Nous avons ainsi pu reconstituer huit photos couleur de sa ville natale prises durant cette période.

Un peu de théorie

Qui en dehors d’un cercle restreint de passionnés de photographie connaît encore la technique de la trichromie ?

C’est Newton qui en 1666 découvre le spectre de la lumière blanche projetée sur un prisme en verre. Il est le premier à comprendre que la lumière blanche est faite d'un mélange de rayons de lumière de couleurs différentes.  

2017-02-03_234713.jpg

Le schéma montre la fragmentation de la lumière blanche suite au passage des rayons solaires au travers d’un prisme. Si on associe un second prisme au premier, la lumière est recomposée. La trichromie inventée en 1869 par Charles Cros et Louis Arthur Ducos du Hauron est une application de cette théorie. Elle consiste à prendre trois photos noir et blanc distinctes d’un même objet, l’objectif étant recouvert successivement d’un filtre rouge, vert et bleu. La projection superposée des positifs au moyen de projecteurs munis chacun du filtre correspondant permet de reconstituer l’image en couleurs. On imagine facilement les contraintes de la méthode. L’objet photographié et l’appareil de prise de vue doivent rester parfaitement immobiles durant les trois temps de pose allongés par la présence des filtres. La méthode est donc limitée aux objets inanimés ou aux paysages. Enfin la projection demande une mise au point fastidieuse. René Desclée a fait l’acquisition d’une lanterne de projection  triple fabriquée par Molteni à Paris. L’inclinaison des trois objectifs superposés est réglée séparément de façon à pouvoir superposer les images. Il faut noter que les images sont uniquement visibles par  projection. René Desclée, contrairement à nous n’a donc pas pu réaliser de tirage photographique de ses prises de vue.

TEMPS DE POSE.jpg

Il tenait un carnet dans lequel il notait les résultats des prises de vues et des développements des trichromies. Son caractère perfectionniste apparaît dans les nombreuses autocritiques de ses réalisations. L’extrait ci-dessus donne le détail des temps de pose de la photo « Groupe d’objets polychromes » reprise sous le N° 10. En fonction du filtre employé ces temps varient de 4,5 secondes à 45 minutes !

SCAN SYNTHESE.jpg

Le schéma montre le principe de fonctionnement. À gauche nous avons représenté les trois montages des positifs d’un groupe de huit papillons. Afin de les distinguer facilement, René Desclée a entouré les montages par des caches aux couleurs des filtres employés. Chaque projecteur, muni du filtre correspondant, pris isolément donne une image rouge, verte ou bleue. Lors de la superposition des images projetées, la photo finale apparaît. Les photos de la lanterne de projection sont également dues à René Desclée. On notera les tuyaux amenant l’hydrogène et l’oxygène nécessaires au fonctionnement des chalumeaux oxhydriques constituant les sources lumineuses. Quelques-unes des trichromies ont été reconstituées et imprimées dans les années 1980 par le photographe Robberechts (Photorob) à Tournai et en 2015 par Bruno Plouidy[1]. Des logiciels de traitement photographique permettent de nos jours de réaliser ces opérations à domicile. À l’exclusion de deux trichromies, le panorama de Sainte-Marguerite réalisé par Photorob (N°12), et la photo « Bouquet et vase » (N° 3) réalisée par Bruno Plouidy, les reconstitutions de ces trichromies ont été faites par nos soins en utilisant le logiciel GIMP.[2]

CARNET.jpg

Ces trichromies ont été réalisées entre le 16 décembre 1898 et le 10 avril 1901. René Desclée tenait un carnet dans lequel toutes ses photos étaient répertoriées. On peut voir ci-dessus la page relative aux dernières trichromies. On notera sous les numéros 2300 à 2302 les trois photos relatives à l’ensemble des huit papillons (voir photo N°6) qui a servi au schéma explicatif reproduit ci-dessus. La date de prise de vue est le 9 septembre 1899. René Desclée s’est intéressé à des sujets aux couleurs vives, tels les papillons ou les fleurs ainsi qu’à des vues de Tournai, sa ville natale.

Fleurs

SCAN CORBEILLE DE FLEURS BIS.jpg

1 Corbeille de fleurs (porcelaine) RD 2261 à 2263 – 12 juin 1899

La corbeille est une pièce en porcelaine de Tournai au décor à la mouche.

EXPORT AS.JPG

   2 Bouquet de capucines RD 2290 à 2292 – 27 août 1899

SCAN BOUQUET PHOTOROBbis.jpg

   3  Bouquet et vase RD 2258 à 2260 – 8 juin 1899

SCAN JONQUILLES BIS.jpg

   4 Bouquet faux narcisses, vase bleu RD 2516 à 2518 - 10 avril 1901
                                       

    Insectes         

 

SCAN PETITE TORTUE 2513 BIS.jpg

5  Papillon RD 2513 à 2515 - 1er avril 1901

Ce papillon extrêmement commun est la petite tortue ou vanesse de l’ortie.

EXPORT AS 8 PAP.JPG

6  Huit papillons RD 2300 à 2302 – 8 septembre 1899                                               

En haut de gauche à droite : piéride du chou, vanesse paon de jour, agreste devenu très rare en Belgique de nos jours. Au milieu à gauche : azuré et à droite : cuivré commun. En bas de gauche à droite : petite tortue, machaon et vanesse Vulcain.   

SCAN FINAL MACHAONbis 2303.jpg

 7 Chenille du machaon RD 2303 à 2305 – 28 septembre 1899

Objets divers

SCAN SOAP 5 ASSIETTES.jpg

 8 Groupe d’objets polychromes RD 2217 à 2219 – 30 décembre 1898

SCAN VASE CHINOIS BIS.jpg

9 Vase de Chine RD 2297 à 2299 – 9 septembre 1899

Tournai

SCAN CATHADRALE PANORAMA 2239 BIS.jpg

10 Tournai, panorama pris des remparts RD 2239 à 2243 – 23 janvier 1899                 

A l’avant-plan on peut observer l’église Saint-Piat, la photo a été prise à partir des remparts au boulevard Walter de Marvis.

SCAN CATHEDRALE PANORAMA 2244 BIS.jpg

11 Tournai, panorama pris des remparts RD 2244 à 2246 – 26 janvier 1899   

Cette photo identique à la précédente, prise trois jours plus tard est moins nette, mais les couleurs en sont plus chaudes.  

2252 OU 2294 PHOTOROB REVU.jpg

12 Tournai Sainte-Marguerite vue des toits RD 2252 à 2254 – 1er juin 1899

La photo a été prise de l’hôtel particulier de la famille Desclée au n° 41 de la rue Saint-Jacques.

SCAN SAINT JEAN BIS.jpg

13 Tournai Saint-Jean et caserne RD 2284 à 2286 – 18 octobre 1899

SCAN RUE GARNIER BIS.jpg

14 Tournai rue Garnier maisons RD 2255 à 2257 – 1er juin 1899

Ces maisons ont été détruites lors des bombardements de mai 1940.[3]

SCAN RUE RIFFLEE BIS.jpg

15 Rue Rifflée RD 2287 à 2289 – 10 août 1899

Rue du quartier Saint-Jean disparue au milieu de la seconde moitié du vingtième siècle[4]

SCAN SAINT NICOLAS.jpg

16 Panorama, toits, vue prise de ma chambre RD 2229 à 2231 – 10 janvier 1899

Habitant au N° 41 de la rue Saint-Jacques (côté droit en s’éloignant du centre ville), ces toits se trouvent à l’arrière de la maison. Au fond l’église Saint-Nicolas.

SCAN VITRAIL.jpg

17 Vitrail, transept nord de la cathédrale RD 2236 à 2238 – 19 janvier 1899            

Les couleurs chatoyantes du vitrail constituaient un sujet de choix pour René Desclée. Ce vitrail de la croisée Nord du transept fait partie d'un ensemble prestigieux que l'on date des années 1500. Ces vitraux illustraient à la fois l'histoire du rétablissement de l'évêché de Tournai en 1146 (transept nord) et les privilèges du chapitre cathédral (transept sud) que celui-ci disait tenir du roi mérovingien Chilpéric[5].

Ces photos de Tournai sont très probablement les premières en couleurs de la cité.    

RENE DESCLEE.jpg

18 René Desclée, autoportrait, 21 mai 1888 – RD 317.

Une grande partie des 7275 clichés repris par René Desclée dans son carnet a été déposée par son petit-neveu Bernard Desclée en France, à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Archives photographiques, Fort de Saint-Cyr, 78 180 Montigny-le-Bretonneux, France). Ces clichés sont disponibles en ligne sur le site de la médiathèque. [6]        

Les auteurs remercient Patrice Guérin, animateur du site « Histoire des projections lumineuses » pour la relecture du texte accompagnée de ses conseils avisés.[7]

 

             

 

 

 

 

 

                     

 

[1] Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Archives photographiques, Fort de Saint-Cyr, 78 180 Montigny-le-Bretonneux, France)

[2] Nous avons été grandement aidés pour ces reconstitutions par la consultation du site web de Thierry Delorraine http://www.thydelor.eu/photographie/trichromie.html

[3]S.TRANCHANT, site de l’Optimiste, http://optimiste.skynetblogs.be/archive/2016/03/21/tourna...

[4] S.TRANCHANT, site de l’Optimiste, http://optimiste.skynetblogs.be/tag/rue+rifflee

[5] M.A.JACQUES, correspondance privée.

[6] http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/archives_photo/visites_guidees/desclee.html

[7] http://diaprojection.unblog.fr/

 

Les commentaires sont fermés.